Fra republikaner til europæisk kosmopolit

Union Jack
Dannebrog

Fra republikaner til europæisk kosmopolit

Show full item record

Title: Fra republikaner til europæisk kosmopolit
Om konstruktionen og nødvendigheden af den europæiske borger
Author: Nilsson, Anne A.
Abstract: Dans une époque marquée par la mondialisation, l’état-nation subit des changements majeurs liés à la déconstruction et la reconstruction du citoyen, qui remet en question les rapports d’appartenance du citoyen. Étant citoyen en Europe, le citoyen n’est plus seulement citoyen dans l’état-nation mais également citoyen dans l’Union Européenne. Dans une perspective cosmopolite et démocratique, le citoyen européen et cosmopolite est une nécessité et cela exige un nouveau débat sur la citoyenneté. Ce mémoire a pour but de participer à ce débat en tentant d’expliquer la naissance du citoyen européen, qui puise ses racines en France, comme la nécessité et les enjeux qui sont liés à la citoyenneté européenne. L’hypothèse sur laquelle il se base est la suivante : Le citoyen européen trouve ses racines dans le citoyen républicain français. Ayant une identité composée, des nouvelles collectivités imaginées et des nouveaux rapports d’appartenances sociaux, le citoyen de l’état-nation devient un cosmopolite européen. La construction du citoyen républicain français, ainsi que celle du citoyen européen, est analysée dans une perspective constructiviste et cosmopolite. Étant le produit du siècle des lumières, le citoyen républicain est construit par le principe du droit du sol, par les valeurs républicaines, par la volonté d’appartenir à la nation et par les droits et les devoirs inscrits dans La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Le concept de citoyenneté est divisé, selon moi, en deux dimensions étroitement liées et complémentaires : la dimension sociale et la dimension politique. La dimension sociale est construite par l’identité, la collectivité, le capital social, la confiance et la responsabilité qui créent des collectivités imaginées et des traditions construites. Étant donné que la collectivité nationale est imaginée et construite par des traditions, l’identité nationale participe à créer une identité en plusieurs couches. Le capital social conçu comme une confiance entre les citoyens et entre les citoyens et la société est un élément impératif pour la solidarité ainsi que pour la légitimité et la démocratie. La dimension politique est, quant à elle, construite en donnant des droits et des devoirs aux citoyens. La dimension politique inclut, en effet, la citoyenneté juridique, les droits, les devoirs, la participation politique et la responsabilité. La participation politique et la responsabilité sont indispensables au bon fonctionnement de la démocratie et pour la légitimité des autorités. La légitimité exigeant aussi la dimension sociale, on comprend la nécessité de créer un citoyen européen à deux dimensions. La mondialisation et la cosmopolitisation intègrent, mais fragmentent aussi les citoyens et les nations, et cela se traduit des constellations postnationales et par l’avènement d’un citoyen post-national. Le citoyen postnational est un cosmopolite défini par des principes et des valeurs cosmopolites comme la paix, la solidarité, la volonté générale, l’égalité et le pluralisme ainsi que la volonté d’appartenir à la société cosmopolite. Ces valeurs sont acceptées et reconnues par le citoyen républicain et le citoyen cosmopolite et lient d’ailleurs l’un à l’autre ; elles participent à créer le citoyen cosmopolite comme elles avaient participé à créer le citoyen républicain dans une perspective état-nationale. Il est aujourd’hui possible et impératif que la perspective état-nationale soit remplacée par une perspective cosmopolite conforme aux exigences d’un monde postnational. Étant des éléments essentiels pour la démocratie, le capital social et les collectivités imaginées jouent un rôle fondamental. Le déficit démocratique de l’Union européenne est le résultat d’un manque de légitimité du côté input, c’està- dire d’un manque de volonté générale et d’un déficit de confiance. La participation aux élections et aux référendums européens révèle un manque d’implication des citoyens européens à remplir leurs droits et leurs devoirs. Ceci souligne le besoin de renforcer la citoyenneté européenne. Il est vrai qu’en théorie, le citoyen européen est créé dans Le Traité de Lisbonne, dans lequel l’histoire européenne, l’héritage commun et les valeurs communes sont ancrés et participent à la construction de la dimension sociale de la citoyenneté européenne. Les valeurs mises en exergue dans le traité sont en effet le pluralisme, la paix, la communauté de valeurs, la liberté et la solidarité, des valeurs à la fois républicaines, cosmopolites et européennes. Tout comme la Chartre de Droits de l’Homme, le Traité de Lisbonne confère des droits et de la responsabilité au citoyen européen ce qui construit le citoyen européen tout comme la Déclaration de Droits de l’Homme a construit le citoyen républicain au 18ème siècle. Ayant des racines républicaines et des valeurs à la fois républicaines et cosmopolites, le citoyen européen et cosmopolite existe. Reste à faire exister ce citoyen, en pratique, au quotidien.
URI: http://hdl.handle.net/10417/195
Date: 2008-10-08
Pages: 78
Files Size Format View
fra republikane ... den af den europaeiske.pdf 1.110Mb PDF View/Open

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record